chateaux-de-bourdeilles-00

Construits sur une terrasse rocheuse rehaussée d’un rempart surplombant la Dronne, deux châteaux d’époques différentes – un château fort médiéval et un palais de la Renaissance – forment un ensemble fortifié harmonieux et particulièrement bien conservé. Les doubles terrasses et la falaise offrent un panorama unique sur la vallée, d’où l’on peut plonger admirer l’adorable moulin seigneurial du XVIIe, en forme de bateau. Le Château de Bourdeilles est avec Biron, Beynac et Mareuil, l’une des quatre baronnies du Périgord.


button icon button icon

À la découverte des lieux…

 Classé Monument Historique (MH)Ce sont en vérité deux châteaux qui se sont implantés sur le rocher dominant la Dronne, dans une enceinte crénelée qui épouse les sinuosités de la roche. L’un est un ensemble du XIVe siècle dont la principale pièce est un donjon polygonal et dont une aile conserve deux belles salles voûtées. L’autre est un logis que dessina Jacquette de Monteront, épouse du Sénéchal du Périgord et belle-sœur de Brantôme ; la bâtisse date de la Renaissance : les volumes sont satisfaisants, les élévations agrémentées de baies à meneaux, le portail est de style composite. Plus intéressant est l’intérieur avec ses couloirs voûtés, son vaste escalier, ses pièces d’apparat richement lambrissées, sa royale grand’salle, somptueusement décorée par Ambroise Lenoble, peintre de Fontainebleau. Ce château Renaissance vient d’être enrichi par une exceptionnelle collection de meubles, tapisseries, sculptures, tableaux, objets de curiosité, par un collectionneur qui a ainsi donné à cet ensemble mobilier un cadre digne de lui. Le château – l’une des quatre baronnies du Périgord – appartient successivement aux Bouteille, aux Maumont, au roi de France, aux Comtes de Périgord, aux Chapelle et aux Bertin. Il a été maintes fois assiégé et pris pendant les guerres anglaises, notamment en 1377 par Du Guesclin. — Châteaux du Périgord, Jean Secret. (1)

Comme le décrit si bien Jean Secret, Bourdeilles c’est en fait deux châteaux implantés dans une seule et même enceinte crénelée épousant les sinuosités de la roche : le château médiéval des comtes du Périgord (XIIIe siècle) et, tout à côté, le château Renaissance (XVe siècle) qui a remplacé le château de la Baronnie aujourd’hui disparu, ayant sans doute été rasé lors de la construction du château Renaissance.

Le premier bâtiment a été construit par Géraud de Maumont à partir de 1283, sur des fondations plus anciennes (le « Pagus Burdillensis » est mentionné dès 670). Il choisit un modèle d’architecture similaire à celui qui avait été retenu à Châlus pour un autre de ses châteaux, Châlus Maulmont. Entouré d’une enceinte quadrangulaire, ce château possède toutes les caractéristiques de son époque : murs épais percés de fenêtres géminées, mâchicoulis… il est dominé par un donjon octogonal unique, de 35 m de haut, comprenant quatre étages voûtés.

Construit par Jacquette de Montbron, l’autre édifice est tout en finesse, sobre et élégant, contrastant avec l’austérité des autres élévations. Il se compose d’un logis rectangulaire et d’un pavillon en retour d’équerre où se loge l’escalier. Ce bloc a trois niveaux et un toit plat, à l’italienne. Trois ordres rythment la composition de la façade du pavillon avancé : dorique, ionique et corinthien. À l’est, des pierres d’attente rappellent qu’un autre logis, qui devait profiter de la vue sur la vallée, était prévu. Somptueusement décoré par Ambroise Le Notre, peintre de l’école de Fontainebleau, on peut y admirer entre autres les salles d’apparats richement ornées, tel le somptueux décor peint du « Salon Doré » qui avait été préparé par la sénéchale pour y recevoir Catherine de Médicis… qui ne vint jamais. Ambroise Le Noble qui avait œuvré à Fontainebleau, y travailla de 1641 à 1644. Cependant au XVIIIe siècle on n’hésita pas à mutiler des cheminées de pierre de la Renaissance pour agrémenter certaines salles de panneaux de bois peints.

Le château de Bourdeilles abrite un prestigieux ensemble mobilier (XVe au XIXe siècles), véritable musée, notamment le lit de Charles Quint paré de sculptures d’or. On peut également y admirer de belles tapisseries à la française du XVIe siècles ainsi qu’une très belle collection de meubles espagnols et bourguignons des XVIe et XVIIe siècles. (2)

chateaux-de-bourdeilles-01


Une brève histoire du Château de Bourdeilles

La première trace d’un seigneur de Bourdeilles remonte à 1044. C’est alors un personnage important, un des quatre barons du Périgord. Déjà au XIe siècle, les châtelains sont vassaux des abbés de Brantôme. En 1177, les abbés de Brantôme cherchent un refuge pour fuir des brigands, les Pailliers, ces « fils des ténèbres ». Ils se réfugient alors à Bourdeilles, dans un repaire noble, dont on ne peut que supposer qu’il est alors tenu par la famille de Bourdeille. Le fief est ensuite l’objet de nombreuses dissensions familiales et les barons prêtent hommage tour à tour, aux abbés de Brantôme, au roi de France, au roi d’Angleterre, au comte du Périgord.

En 1259, Saint Louis cède le château aux Anglais. Quelques années plus tard, Géraut de Maumont, conseiller de Philippe le Bel, s’en empare et fait bâtir, entre 1283 et 1298, la forteresse médiévale. La guerre de Cent Ans trouve Bourdeilles du côté français. En 1369, les Anglais s’en emparent pour un temps, vivement chassés par Du Guesclin en 1377. La paix revenu, le roi rend à Arnaud de Bourdeilles le fief de ses ancêtres. La famille y restera jusqu’en 1699.

C’est en 1535 que naîtra Pierre de Bourdeille. Il connaîtra la gloire littéraire sous le nom de Brantôme. Sa mère, Anne de Vivonne, appartenait à l’entourage de la reine de Navarre et sa grand-mère, Marguerite de Navarre, participa à la rédaction de l’Heptaméron (un recueil inachevé de 72 nouvelles écrites). Troisième fils de la famille, il se devait d’entrer dans les ordres et se voit bientôt confier l’abbaye de Brantôme. Délaissant la vie ecclésiastique qui l’ennuie, il voyage de longues années à travers toute l’Europe : tout d’abord en Italie de 1558 à 1559, puis il accompagne Marie Stuart dans son exil écossais en 1561. Après un bref séjour à la cour de Charles IX, il s’engage aux côtés de François de Guise contre les protestants. Puis, en 1564, il s’engage dans l’armée espagnole et va combattre au Maroc, puis au Portugual et, en 1566, il participe à Malte à la croisade contre les Turcs. À son retour il guerroie pour le roi de France. Blessé lors du siège de La Rochelle en 1573, il commence à écrire. En 1582, après la mort de son frère aîné, il se voit privé de son héritage par décision royale et Henri III lui refuse le titre de sénéchal du Périgord. Il songe alors à trahir son pays lorsqu’une grave chute de cheval stoppe net sa fureur de vivre et le contraint à résider tantôt dans son abbaye, tantôt au château de Richemont qu’il a fait construire entre 1564 et 1581. Il consacre désormais son énergie à l’écriture et rassemble ses souvenirs qu’il ne veut faire éditer qu’après sa mort. Celle-ci intervient en 1614, mais ce n’est qu’en 1665, à Leyde en Hollande que seront publiés les Vies des dames illustres, les vies des hommes illustres et des grands capitaines ainsi que Les Dames galantes, galerie de portraits piquants et d’histoires gaillardes. (3)

La Révolution réquisitionnera l’édifice pour des usages divers et le laissera très délabré. Après quoi il reviendra à un Chapelle de Jumilhac (gendre de Launay le malheureux gouverneur de la Bastille). En 1824, il passe aux Chabrier des Hélies, en 1842 il est racheté par un membre du vieux lignage des Bourdeille, branche Matha. en 1962, M. de Hennin de Boussu-Walcourt, héritier et neveu du marquis de Bourdeilles, donnera la propriété au département.

Bourdeilles a servi de décor au film « Cartouche » en 2009.

Famille

Après la Guerre de Cent Ans, le roi de France restitua le château à la famille Bourdeilles qui y resta jusqu’en 1699. Il fut ensuite occupé par le ministre des Finances de Louis XV, Henri Bertin. en 1824, il fut racheté par un membre du vieux lignage des Bourdeilles, et en 1962, M. de Bossu-Walcourt, leur héritier, l’offrit au département de la Dordogne.

Classement

La forteresse, le château Renaissance, les remparts et la porte d’entrée, classés Monuments Historiques par arrêté du 25 février 1919 (notice référence PA00082391).


Infos pratiques

Accès – Localisationicon info

  • Carte : IGN 47 – Milieu pli B10.
  • Situation : Bourdeilles (24310). À 24 km nord-ouest de Périgueux, au cœur du bourg, près de l’église, enserré entre la rivière Dronne et la D78.
  • Coordonnées GPS (degré décimaux) : Longitude 45.322483° N – Latitude 0.586651° E.
  • Google Map : http://goo.gl/maps/Im4Nw.

Visites

  • Pendant les vacances de Toussaint, animations enfants sur le thème du Blason et de la calligraphie sur réservation uniquement au 05 53 03 73 36. Pour les groupes scolaires : ateliers pédagogiques (héraldique et calligraphie).

Services

  • Langues parlées autres que le français : anglais, et parfois allemand.
  • Audioguides pour les visiteurs individuels.
  • Boutique & librairie.
  • Chèques Vacances acceptés.
  • Les chiens ne sont pas admis sur le site.

logo-semitour-perigord-150Accessibilité – Confort

  • Point dépose minute.
  • Pas d’accès handicapés.
  • Terrain difficile avec beaucoup de pentes. Les marches ou pentes à négocier sont nombreuses et les distances à parcourir sont longues.
  • Toilettes assez spacieuses pour accompagner un enfant, pour une personne à mobilité difficile, eau chaude.

Plus d’infos sur l’accessibilité et le confort de cette visite en consultant la page Château de Bourdeilles sur le site ConfortExplore(4)

Pour en savoir plus…

  • Site SEMITOUR Réseau Périgord : www.semitour.com.
  • Renseignements : Tél. +33(0)5 53 05 65 60 – Fax : +33(0)5 53 05 65 67.
  • Information site : +33(0)5 53 03 73 36.

Notes et sources :

  •  (1) Dictionnaire des châteaux du Périgord, Guy Penaud, Éditions Sud-Ouest, Bordeaux, 1996.
  •  (2) Châteaux du Périgord par Jean Secret, Collection Art et Tourisme pour les Nouvelles Éditions Latines Paris.
  •  (3) Le Périgord, Jean-Luc-Aubardier et Michel Binet, Éditions Ouest-france, 1988.
  • Dictionnaire des châteaux du Périgord, Guy Penaud, Éditions Sud-Ouest, Bordeaux, 1996 (ISBN 287901221X).
  • Wikipedia : Château de Bourdeilles.

Crédit Photos :

  • Châteaux de Bourdeilles, By SJOLIVET, (Own work), via Wikimedia Commons.
  • L’entrée du château, La forteresse médiévale, Le pavillon Renaissance et la forteresse, By Père Igor, (Own work), via Wikimedia Commons.


Adresse

Adresse:

Château de Bourdeilles 24310 Bourdeilles

Contact
Planifier mon itinéraire

Heures d'ouverture

Lundi

-

Mardi

-

Mercredi

-

Jeudi

-

Vendredi

-

Samedi

-

Dimanche

-

Laisser un Avis

Intérêt du lieux
Beauté du lieux
Facilité à trouver
Qualité des services
Accessibilité handicap
Publication en cours ...
Votre évaluation a été envoyé avec succés
Veuillez remplir tous les champs
Captcha check failed