chateau-de-puymartin-01

Ce bel ensemble est l’aboutissement de nombreux remaniements et restaurations. Bâti au XIIIe siècle, le château de Puymartin a connu bien des vicissitudes, comme la plupart des châteaux du Périgord : ruiné par les Anglais pendant la guerre de Cent Ans, reconstruit au XVe siècles par Radulphe de Saint-Clar, ce sont les guerres de religion qui l’endommagèrent : Puymartin tenait pour le roi de France contre les Huguenots. Il a traversé les siècles et a été restauré en partie au XIXe siècle. Il conserve des biens de famille, mobilier, tapisseries, peintures et un cabinet mythologique unique en Périgord. C’est aussi le décor de la légende de la Dame Blanche.


button icon button icon

À la découverte des lieux…

 Classé Monument Historique (MH)Discrètement dissimulé dans les arbres d’où il domine et surveille la route de Sarlat aux Eyzies, Puymartin a subi quelques rajeunissements excessifs au début du siècle. Un logis rectangulaire du XVe siècle, couronné d’un chemin de ronde sur mâchicoulis, est accosté d’un logis plus ancien, à terrasse crénelée, et de hautes tours circulaires coiffées de poivrières en lauzes. Celles-ci couvrent aussi le logis précipité et un autre logis rectangulaire à sobres lucarnes. Des courtines crénelées inscrivent l’ensemble dans lequel on a conservé une chapelle, riche encore — comme la demeure — de son mobilier ancien. Outre de vieilles cheminées Renaissance, on peut admirer l’antique demeure des Saint-Clar, des Roffignac et des Montbron, signaler de curieuses peintures murales du XVIIe siècle. — Châteaux du Périgord, Jean Secret. (1)

Très beau château excellemment construit du XVIe au XVIIe siècle à en croire la base du donjon, les escaliers de la cour intérieure, le logis de la Renaissance ou le portail classique. Dans une enceinte de courtines scandées de tours, des logis divers se soudent à des tours circulaires et à un gros donjon, le tout doté de mâchicoulis et de chemins de ronde. Un châtelet à côté d’une chapelle donne accès à une cour intérieure et à des logis des XVe et XVIe siècles.

On remarquera surtout la décoration intérieure de cette demeure. La grande salle avec ses plafonds à la française, ses belles cheminées de bois du XVIIe siècle, aux panneaux peints, et aux lambris généreusement ornés retiendront l’attention.

Mais c’est surtout la Chambre Mythologique, classée Monument Historique, unique en Périgord, qui mérite le détour : ce cabinet de méditation est décoré des murs au plafond, de tableaux figuratifs et de thèmes mythologiques exécutés à la détrempe, avec une palette assez simple. Les panneaux verticaux représentent chacun une scène mythologique. Les thèmes traités sont ceux qu’affectionnait le XVIIe siècle. Méduse vaincue par Persée, Bellérophon monté sur Pégase combattant la Chimère… Sous ces panneaux court une sorte de prédelle qui reprend les motifs principaux en les adaptant pour les enfants… Selon Jean Secret, il n’est pas impossible que ce soit l’œuvre, dans les années 1670, de Philippe Lemaire, peintre venu de Laon et devenu sarladais par son mariage. L’ensemble de la demeure a été restauré au XXe siècle. Ce cabinet, au superbe plancher, tout juste éclairée par une fenêtre aux fins carreaux en losange qui tintent dans leur châssis métallique lorsque le vent souffle, était propice à la méditation… C’est une curiosité unique dont la visite ne peut s’effectuer qu’en petit groupe et sur réservation. Toutefois, une reproduction exacte, aménagée dans une autre pièce du château, est ouverte à tous les visiteurs.

Une autre salle, contenant de beaux meubles, est tapissée de scènes narrant la guerre de Troie, l’enlèvement d’Hélène par Pâris à la construction du fameux cheval. Au fond, un tableau du XVIIe siècle représente Aphrodite et Eros dans un char tiré par des chevaux passant devant Cronos, dieu du temps, allongé nonchalamment au premier plan, illustration libertine de l’amour qui fait passer le temps.

Une brève histoire du Château de Puymartin

Le Château de Puymartin a été construit vers 1270, pendant la Guerre de Cent Ans. Le château fut pris et mis hors défense par les Anglais, le 8 janvier 1358. Créneaux, remparts, toitures et planchers sont détruits afin qu’il ne puisse plus servir aux Français. Les consuls de Sarlat rachètent le domaine aux Anglais et l’abandonnent. Vers 1450, Radulphe de Saint-Clar reconstruit le château. Par la suite, il devint le quartier général des forces catholiques dirigées par Raymond de Saint-Clar qui rachète le château et repousse les protestants. C’est lui qui, en 1534, reprend Sarlat aux huguenots sous le nom de « Capitaine de Puymartin ».

Cet ancien repaire noble avait moyenne justice dans le bourg de Saint-Cyprien, et, à partir de 1760, haute justice dans plusieurs villages des paroisses de Mareuil et Saint-André. Au XVIIe siècle, Jean de Saint-Clar et sa sœur Suzanne se disputent la possession du château pendant 40 ans. Suzanne en devient finalement propriétaire. Le château est abandonné au XVIIIe siècle.

Vers 1890, il est restauré dans un style néogothique, par le Marquis de Carbonnier de Marzac, descendant de Radulphe de Saint-Clar et grand-père du Comte Henri de Montbron, le père des propriétaires actuels. Grâce à cette continuité, Puymartin conserve des biens de famille, un mobilier, des tapisseries et des peintures. Après le décès du comte Henri de Montbron, le 31 juillet 2002, sa femme et ses enfants en ont hérité en 2003. Cette dernière et importante restauration a considérablement modifié l’allure du château et lui a donné le bel aspect qu’on lui voit aujourd’hui.

La légende de la Dame blanche

Une légende dit qu’une châtelaine du XVIe siècle, Thérèse de Saint-Clar, surprise par son époux, de retour de guerre, dans les bras de son amant, un jeune chevalier du voisinage. La vengeance de l’époux trompé, Jean de Saint-Clar, fut terrible : l’amant aurait été exécuté illico presto et, pendu à la branche d’un arbre de sorte que Thérèse pût le voir. De plus, il aurait incarcéré sa femme infidèle dans une petite pièce de la tour nord. La porte fut murée et la fenêtre obstruée par deux barreaux. Thérèse recevait sa pitance par une petite trappe percée dans le plafond, encore visible aujourd’hui. Elle dormait sur une mauvaise paillasse, et l’hiver, se chauffait auprès d’une simple cheminée. Lorsqu’elle mourut enfin, au bout de quinze longues années, Jean de Saint-Clar lui refusa une sépulture et la fit enfouir dans la muraille de sa prison… où elle se trouve probablement encore.

Selon la légende populaire, le fantôme de Thérèse de Saint-Clar hanterait parfois les lieux, le soir, aux environs de minuit, sous la forme d’une Dame Blanche que l’on pourrait apercevoir dans la tour nord et sur le chemin de ronde du château.

Famille

Ancien fief des Puymartin, des de La Plessie, des Roffignac et des Carbonnier de Marzac. Après le décès du propriétaire, le comte Henri de Montbron, le 31 juillet 2002, sa femme et ses enfants en ont hérité en 2003.

Classement

  • Le château est inscrit à l’inventaire des Monuments Historiques par arrêté du 6 décembre 1948. La chambre lambrissée et peinte du XVIIe siècle se trouvant au deuxième étage est classée Monument Historique par arrêté du 1er mars 1977 (notice référence PA00082633).


Infos pratiques

Accès – Localisationicon info

  • Carte : IGN 48 – Haut pli D4.
  • Situation : sur la commune de Marquay (24620). Le château est situé sur la route des Eyzies, à 6 km au sud de Marquay, à 8 km de Sarlat et 11 km des Eyzies.
  • Coordonnées GPS (degré décimaux) : Longitude 44.91045° N – Latitude 1.140545° E.
  • Google Map : http://goo.gl/maps/6BwDy.

Visites

  • Visite guidée.
  • Réservation pour groupes toute l’année.

Services

  • Langues parlées autres que le français : anglais, espagnol.
  • Parking gratuit.
  • Présentation audiovisuelle.
  • Souvenirs du château.
  • Boissons et glaces à emporter.
  • Chèques Vacances acceptés.
  • Chien admis sur le site si porté. Point d’eau.

Accessibilité – Confort

  • Point dépose minute.
  • Proximité du parking au site : 250 m.
  • Pente difficile entre le parking et le château.
  • Distances à parcourir : moyennes.
  • Marches ou pentes à négocier : 20 marches.
  • Toilettes assez spacieuses pour accompagner un enfant, pour une personne à mobilité réduite.

Plus d’infos sur l’accessibilité et le confort de cette visite en consultant la page Château de Puymartin sur le site ConfortExplore(4)

Pour en savoir plus…


Notes et sources :

  •  (1) Châteaux du Périgord par Jean Secret, Collection Art et Tourisme pour les Nouvelles Éditions Latines Paris.
  •  (2) Dictionnaire des châteaux du Périgord, Guy Penaud, Éditions Sud-Ouest, Bordeaux, 1996.
  • Site du Ministère de la Culture, Base Architecture-Mérimée, direction de l’Architecture et du Patrimoine, notice n° PA00082633.
  • Dictionnaire des châteaux du Périgord, Guy Penaud, Éditions Sud-Ouest, Bordeaux, 1996 (ISBN 287901221X).
  • Wikipedia : Château de Puymartin.

Crédit Photos :

  • Château de Puymartin Sarlat, By Manfred Heyde (Own work), via Wikimedia Commons.


Adresse

Adresse:

Château de Puymartin 24200 Sarlat-la-Canéda

Téléphone :
Contact
Planifier mon itinéraire

Heures d'ouverture

Lundi

Consultez le site officiel

Mardi

-

Mercredi

-

Jeudi

-

Vendredi

-

Samedi

-

Dimanche

-

Laisser un Avis

Intérêt du lieux
Beauté du lieux
Facilité à trouver
Qualité des services
Accessibilité handicap
Publication en cours ...
Votre évaluation a été envoyé avec succés
Veuillez remplir tous les champs
Captcha check failed