Chargemente en cours de…

Durant près d’une heure, confortablement installé à bord de répliques de gabares, des bateaux traditionnels à fond plat des XVIII et XIXe siècles, vous pourrez découvrir le passé portuaire de La Roque-Gageac et, plus largement, l’histoire de la batellerie sur la Dordogne ainsi que la vie d’autrefois dans la vallée, avant les barrages. Au cours d’une promenade de 6,5 km, un guide vous racontera l’histoire de gabariers intrépides, à une époque où la « Rivière Espérance » était une voie commerciale très fréquentée… On vous parlera également des poissons migrateurs de la rivière, de l’écosystème, de la faune et de la flore locale. Vous vivrez un moment d’évasion inoubliable et culturel !

Les « Gabares Norbert » se sont données pour mission de perpétrer les traditions des bateliers d’autrefois. La promenade commentée en gabarre, réplique d’une embarcation du XVIIIe, retrace dix siècles d’histoire dans la vallée de la Dordogne, en 55 minutes de promenade sur 6,5 km : le Moyen-Âge, la vie des gabariers, les poissons migrateurs de la rivière, l’écosystème, la faune et la flore locale. On part de La Roque pour mieux y revenir après s’être régalé les yeux avec cinq des plus beaux châteaux de la vallée de la Dordogne. Un système d’audioguide permet aux touristes étrangers de profiter du commentaire. L’entreprise propose également des journées groupe avec un circuit spécifique.

De la Roque-Gageac, village classé parmi les Plus Beaux Villages de France, jusqu’au pont de Castelnaud, dominé par l’imposant château féodal du XIIIe siècle, vous découvrirez l’une des plus belles pages de l’histoire du Périgord dont 5 des plus beaux châteaux de la vallée de la Dordogne.

  • Durée : 55 minutes de balade commentée.
  • Distance : Une boucle de 6,5 km.
  • Départ/arrivé : La Roque Gageac.
  • Ouverture du 1er avril au 1er novembre, en octobre uniquement l’après midi.
  • Embarcadère : au bord de l’unique parking de La Roque Gageac

button icon button icon

Une brève histoire de la batellerie

On trouve des témoignages d’activité batelière dès la fin du IIsiècles, activité qui se développa à partir du XIIIe siècles, ralentit avec les troubles occasionnés par la guerre de Cent Ans, avant de reprendre vraiment à partir de la seconde moitié du XVe siècle. Celle-ci prospéra jusqu’au milieu du XIXe, époque à laquelle le réseau routier s’améliora enfin. L’arrivée tardive du chemin de fer (Bergerac 1875, Le Buisson 1879, Souillac 1898) mit un terme définitif à l’activité batelière.

Entre les hauts plateaux de Corrèze et la basse vallée atlantique le commerce fluvial conserva jusqu’en 1880 une place prépondérante dans l’organisation des échanges, le réseau routier entre les différents pays que traverse la Dordogne étant difficile. Toutefois, malgré l’importance majeure de l’activité batelière, la Dordogne resta toujours une rivière sauvage. Très faiblement aménagée, capricieuse et pleine de pièges, elle imposait au trafic gabarrier ses rythmes, modelait l’architecture des bateaux et réclamait aux hommes qui naviguaient courage et obstination. (1)

Aventuriers malgré eux, les bateliers de la Dordogne ont, pendant des siècles, parcouru la rivière avec leurs gabarres et leurs couraux, chargés de marchandises descendues de Corrèze, du Limousin et d’Auvergne, notamment du bois utilisé pour la fabrication des tonneaux, mais aussi du vin et des eaux-de-vie, des céréales et des productions locales comme les châtaignes et les noix… Au départ du port de Bordeaux, les bateaux remontaient des produits agricoles et alimentaires, épicerie, huile, savon, poissons séchés et salés, denrées coloniales, sucre, café, quincaillerie, engrais, combustibles, minéraux et surtout des cargaisons entières de sel qui parvenaient jusqu’aux ports de Domme et de Souillac.

Une navigation lente et difficile — Un bateau parcourait au plus 30 km/jour à la descente, et moins de 20 km à la remonte. Celle-ci, contre des courants souvent plus forts, se faisait péniblement, au pas des bœufs de halage, dont les attelages, rapidement épuisés, réclamaient de fréquents changements. (1)

La rivière était « marchande » lorsque la hauteur des eaux permettait aux bateaux de descendre son cours. Les gabariers naviguent en automne ou au printemps lorsque le niveau de l’eau est suffisamment haut. Dans les passages difficiles, ils ont recours au halage : les gabares sont tirées, depuis la rive, par les hommes puis par les bœufs au milieu du XVIIIe siècles.

Des conditions nautiques ingrates — Entre Libourne et Bergerac, la navigation jouissait de conditions acceptables environ 150 jours par an. En amont, où elle atteignait aléatoirement Souillac, elle disposait d’un laps de temps encore plus court. De longues périodes d’eaux basses interdisaient d’utiliser les bateaux à pleine charge et bloquaient même parfois totalement le trafic. Très fluctuant, le niveau de l’eau nécessitait souvent d’alléger le bateau en cours de route en transbordant une partie du chargement dans une embarcation annexe pour parvenir à franchir les hauts fonds. (1)


Infos pratiques

Accès – Localisationicon info

  • Carte : IGN 48 – Bas droite pli D4.
  • Situation : Le bourg – 24250 La Roque Gageac.
  • Accès : Embarcadère au bord de l’unique parking de La Roque Gageac. Le parking est communal, limité et payant.
  • Coordonnées GPS : 44° 49′ 30.1692" N , 1° 11′ 3.3324" E.
  • Google Map : https://goo.gl/maps/BwUPwemKfPw.

Visites

  • Une boucle de 6,5 km. Départ/arrivé : La Roque Gageac. 55 minutes de balade commentée.
  • Toutes les promenades sont commentés en français par un guide.
    Les clients anglais, néerlandais, allemands, italiens, espagnols, catalans, chinois, japonais, danois, russes et taïwanais, sont équipés d’audioguides.
  • Certains jours, le carnet de bord du p’tit Gabarier Norbert est remis aux enfants de 6 à 13 ans (dossier pédagogique de la balade).

Services

  • En saison, les places sur les gabares étant limitées, il est fortement conseillé de réserver vos places pour éviter l’attente. Toute place réservée par téléphone ou internet est gardée jusqu’à 10 minutes du départ.
  • Le parking est communal, limité et payant.
  • Aire de pique nique.

Pour en savoir plus…


Notes :

  •  (1) Vallée de la Dordogne, Encyclopédie du Voyage Gallimard, Paris, mai 2009.

Crédit Photos :

  • © Jean-François Tronel.


Adresse

Adresse:

Gabares Norbert, La Roque Gageac

Téléphone :
Contact
Planifier mon itinéraire

Heures d'ouverture

Lundi

Consultez le site officiel

Mardi

-

Mercredi

-

Jeudi

-

Vendredi

-

Samedi

-

Dimanche

-

Laisser un Avis

Intérêt du lieux
Beauté du lieux
Facilité à trouver
Qualité des services
Accessibilité handicap
Publication en cours ...
Votre évaluation a été envoyé avec succés
Veuillez remplir tous les champs