Lascaux-Prehistoric_Sites_and_Decorated_Caves

Site inscrit au Patroine mondiale de l'UNESCO Classé Monument Historique (MH)Selon l’Unesco, la découverte, en 1940, de la Grotte de Lascaux « a marqué une date dans l’histoire de l’art préhistorique… Les scènes de chasse habilement composées comprennent une centaine de figures animales, étonnantes par la précision de l’observation, la richesse des coloris et la vivacité du rendu. » Surnommée la « Chapelle Sixtine de la préhistoire », l’Unesco considère qu’ « aucun autre site préhistorique, dans le monde entier, ne peut lui être comparé en quantité, en qualité et en diversité des témoignages ». Les peintures et gravures de la Grotte de Lascaux n’ont pu être datées très précisément. Cependant, il semble qu’elles soient de la même époque que les objets retrouvés au sol, ce qui voudrait dire qu’elles remontent au Magdalénien, soit la dernière époque du Paléolithique supérieur. Cette découverte exceptionnelle a rapidement attiré des millions de visiteurs. Aujourd’hui, pour protéger les peintures, le public doit se contenter d’un fac-similé, réalisé avec précision et talent, à 200 mètres de la vraie grotte. Quatre-vingt-dix pour cent des représentations de Lascaux y sont admirablement reproduites.


button icon button icon

Enfouie depuis des millénaires et protégée par miracle, la Grotte de Lascaux a ouvert une nouvelle page dans la connaissance de l’art préhistorique. C’est en effet une extraordinaire galerie de ce que l’art préhistorique pouvait produire, un bestiaire sans pareil qui se déploie sur les murs de la grotte. Les chevaux sont les plus présents, accompagnés par les aurochs, les bisons, les cerfs, les félins, et même un ours… Pas de mammouth, mais une improbable « Licorne », sans doute dessinée par un homme préhistorique particulièrement inspiré. Parmi les peintures les plus émouvantes, celle de L’Homme Blessé semble être celle qui tisse le lien le plus direct entre nous et nos lointains ancêtres.

Découverte le 12 septembre 1940 par quatre jeunes garçons, elle renferme le plus bel exemple au monde de peintures polychromes. Ce décor, sur 200 mètres environ de parois, constitue des compositions d’une beauté et d’un réalisme extraordinaire. Éxécutés avec des colorants naturels (oxyde de manganèse pour les noirs et peroxyde de fer pour les ocres jaunes et rouges) la palette s’étend sur une cinquantaine de coloris différents résultant des mélanges de colorants ou des superpositions de couches de peintures appliquées soient par tracé au crayon, soit par bouchonnage ou brossage avec de rudimentaires pinceaux, soit par soufflage parfois en dégradé ; les contours sont accentués par un trait au burin ou au pic de silex, voire par un trait noir comme les peintures du Fauvisme. Les dessins ont été dans la première partie de la grotte, tracés sur un fond de calcite blanche dont les cristaux incrustés de quartzite leur donnent une brillance et presque une vie tant par l’éclat de leurs cristaux que par l’admirable utilisation des replats rocheux, de leur concavité ou convexité : les animaux ainsi dessinés sont d’un relief saisissant. De plus, la technique employée mélangeant le profil absolu et la vision de trois quarts, avec les membres situés en arrière détachés complètement de la peinture du corps, cette « perspective tordue » selon l’abbé Breuilh, est vraiment particulière aux artistes de Lascaux. Sans aucun doute (…) les figures (animaux et signes divers) ont été placées intentionnellement en fonction de la structure de la grotte, dans un dessein précis dépassant le simple choix de l’artiste créateur et correspondant à une composition intentionnelle… (1)

Cette œuvre monumentale, continue de nourrir l’imaginaire collectif et d’émouvoir les nouvelles générations du monde entier. 

Il a été identifié une seule couche archéologique dans la grotte de Lascaux. Toutefois, un grand nombre d’objets a été trouvé, permettant d’imaginer la vie des hommes de Cro-Magnon qui fréquentaient la grotte : outils, parures, lampes, armes… Tous ces objets, datant du Magdalénien ancien, sont maintenant dispersés dans différents musées.

grotte-prehistoric-de-lascaux

À la découverte des lieux…

Pour faciliter les descriptions, la grotte est traditionnellement subdivisée en un certain nombre de zones correspondant à des salles ou des couloirs. Leurs noms sont dus en partie à L’abbé H. Breuil, ce qui explique les références à l’architecture religieuse :

  1. La première salle est la Salle des Taureaux ou Rotonde, longue de 17 mètres pour 6 mètres de large et 7 de haut. Elle présente la composition la plus spectaculaire de Lascaux. Ses parois en calcite se prêtant mal à la gravure, elle est uniquement ornée de peintures, souvent de dimensions impressionnantes. Fuyant devant l’énigmatique licorne (un grand animal portant deux traits rectilignes sur le front qui lui ont valu son surnom), un troupeau de chevaux galopent. Des bovidés rouges s’enfuient ; trois grands taureaux noirs opposés à deux autres entre cinq petits cerfs plus primitifs, constituent le motif de l’immense fresque de cette salle où la stature gigantesque de ces mastodontes (le plus grand mesure 5,50 mètres du mufle à la queue) contraste avec la débandade des autres animaux.
  2. Le Diverticule axial, une galerie plus étroite de même direction, à peu près de même longueur, qui est également orné de bovidés et de chevaux accompagnés de cerfs et de bouquetins. Dans ce prestigieux décor, les peintures multicolores se détachent du plafond et des parois nacrées : les vaches rouges, les chevaux chinois à robe jaune, la frise des petits poneys, la vache noire qui saute, les bouquetins affrontés, le taureau noir, le cheval renversé. Toute cette faune en mouvement a été saisie sur le vif entourée de flèches, de signes. Le recensement atteint plus de 1 500 figures, un record pour une grotte d’un volume aussi restreint : moins de 1 500 m2. Un dessin représentant un cheval fuyant a été brossé au crayon de manganèse à 2,50 mètres du sol. Des trous dans la paroi, à environ 2 mètres du sol, montrent que les artistes ont monté un échafaudage pour atteindre le plafond. On a retrouvé des restes de chêne démontrant que les hommes avaient utilisé des solives de ce bois pour soutenir un plancher surélevé. Certains animaux sont peints sur le plafond et semblent s’enrouler d’une paroi à l’autre. À ces représentations, qui ont nécessité l’usage d’échafaudages, s’entremêlent de nombreux signes (bâtonnets, points et signes rectangulaires).
  3. Depuis la salle des Taureaux, à droite du Diverticule axial, on accède au Passage, une galerie d’une quinzaine de mètres qui présente un décor fortement dégradé, notamment par des circulations d’air.
  4. Dans le prolongement du Passage s’ouvre la Nef, un couloir plus élevé d’une vingtaine de mètres. Cette zone propose quatre groupes de figures : le panneau de l’Empreinte, celui de la Vache noire, celui des Bisons croisés, ainsi qu’une étonnante frise de cerfs qui peut être décryptée de deux façons. La première explication imagine que ces cervidés traversent un cours d’eau, seules leurs têtes dépassent de l’onde. La seconde découpe le mouvement, et fait de cette frise la première bande dessinée de la préhistoire. Tout aussi étonnant, ces damiers colorés que H. Breuil qualifia de « blasons », figures géométriques, ont fait l’objet de nombreuses spéculations : signature de l’artiste, sorte de panneaux de signalisation… celui des Bisons croisés.
  5. La Nef elle-même se poursuit par une partie non décorée, les parois ne s’y prêtant pas, puis par le Diverticule des Félins (ou Cabinet des Félins), un étroit couloir d’une vingtaine de mètres. Cette zone doit son nom à un groupe de félins, dont l’un semble uriner pour marquer son territoire. Très difficile d’accès, on peut y voir des gravures de fauves d’une facture assez naïve. On y trouve également d’autres animaux associés à des signes, dont une représentation de cheval vu de face, exceptionnelle dans l’art paléolithique où les animaux sont généralement représentés de profils ou selon une « perspective tordue ».
  6. L’Abside est une salle ronde s’ouvrant vers l’ouest à la jonction entre le Passage et la Nef. Elle comporte plus de mille gravures dont certaines superposées à des peintures, correspondant à des animaux et des signes. On y trouve le seul renne représenté à Lascaux.
  7. Le Puits s’ouvre au fond de l’Abside. Son accès suppose une descente d’environ 4 à 5 mètres jusqu’au début du réseau inférieur. On y découvre la scène la plus énigmatique de Lascaux : un homme à tête d’oiseau et au sexe érigé semble tomber, renversé peut-être par un bison éventré par une sagaie ; à ses côtés est représenté un objet allongé surmonté d’un oiseau, peut-être un propulseur ; sur la gauche, un rhinocéros s’éloigne. Un cheval est également présent sur la paroi opposée. Deux groupes de signes sont à noter dans cette composition : entre l’homme et les rhinocéros, trois paires de ponctuations digitées que l’on retrouve au fond du Diverticule des félins, soit dans la partie la plus reculée de la grotte ; sous l’homme et le bison, un signe barbelé complexe que l’on retrouve pratiquement à l’identique sur d’autres parois de la grotte, mais aussi sur des pointes de sagaies et sur la lampe en grès trouvées à proximité.
Aurochs représentés dans la grotte de Lascaux

Aurochs représentés dans la grotte de Lascaux

Le saviez-vous ? L’artiste qui a peint le « cheval renversé », au bout du diverticule axial, ne pouvait voir l’ensemble de son œuvre qu’en contournant le rocher. Pourtant, quand les techniciens ont déplié les relevés qu’ils avaient effectués, ils ont constaté que les proportions de l’animal étaient parfaites ! (2)

Histoire et découverte de la Grotte de Lascaux

C’est un dimanche de septembre 1940 que, attiré par le manège de son chien qui fouine dans un trou d’apparence anodine, Marcel Ravidat découvre la Grotte de Lascaux. Il revient sur place le 12 septembre avec ses amis, Georges Agniel, Simon Coencas et Jacques Marsa, munis de cordes : la grotte est en effet difficile d’accès. Les quatre adolescents agrandissent le trou et parviennent à se glisser à l’intérieur. Là, avec comme simple éclairage une lampe, ils sont les premiers à avoir sous leurs yeux les peintures laissées par nos ancêtres Cro-Magnon. Ils n’en croient pas leurs yeux ! Tout autour d’eux, sur les parois, ils découvrent stupéfaits des dizaines de peintures et de gravures monumentales. Elles semblent très anciennes et sont abîmées, mais les couleurs sont encore vives. Les adolescents s’empressent de rapporter leur découverte à l’instituteur du village.

La nouvelle de ces dessins mystérieux se répand dans la petite commune de Lascaux. La grotte sera rapidement examinée par les abbés Breuil et Bouyssonie, le Dr Cheynier et D. Peyrony. Devant l’importance de la découverte, la grotte de Lascaux est classée monument historique le 27 décembre de la même année ! En 1950, la grotte de Lascaux va être l’un des premiers sites a bénéficier d’une nouvelle méthode de datation : le Carbone 14. Attribuée au paléolithique supérieur, elle devient la grotte préhistorique de référence, le véritable « chef d’œuvre de l’humanité ».

Victime de son succès

Rapidement, l’affluence des visiteurs menace la préservation des peintures. Bientôt, Lascaux devient également célèbre pour la fragilité de son équilibre et les menaces qui planent sur sa conservation. La grotte subit deux types d’attaques. Tout d’abord, la « maladie verte », une prolifération d’algues sur les parois, vraisemblablement causée par le système artificiel de renouvellement de l’air… Autre attaque, la « maladie blanche » : c’est le développement de calcite opaque dû en grande partie au gaz carbonique, à la chaleur et à la vapeur d’eau amenées par les visiteurs… Les peintures sont tellement menacées que la grotte doit être définitivement fermée dans le but de préserver le patrimoine mondial et tenter de retrouver son atmosphère d’origine.

Depuis, face aux dernières contaminations microbiologiques, des mesures énergiques ont été prises depuis 2001 : traitements, programme de conservation préventive, simulateur numérique, programme de recherches, sanctuarisation de la colline de Lascaux…

Lascaux II

La véritable Grotte de Lascaux n’est plus ouverte à la visite. En effet, pour protéger ce chef d’œuvre venu du fond des âges, seuls quelques spécialistes y ont accès. Le public doit se contenter d’un admirable fac-similé, réalisé avec précision et talent (mêmes peintures, mêmes techniques, mêmes pigments…), à 200 mètres de la vraie grotte. Le travail réalisé par les plasticiens dans les années 70 reproduit au centimètre près les peintures, rend parfaitement le volume de la cavité originale, le relief des parois, et plus étonnant encore, l’épiderme de la roche. Baptisé Lascaux II, il est ouvert depuis 1983 et reproduit fidèlement une très large partie de la grotte (le Diverticule axial et la Salle des Taureaux), soit 90% des représentations de Lascaux.

Avant de pénétrer dans Lascaux II, deux sas muséographiques retracent l’histoire de la grotte avec plan et maquettes et vous expliquent les techniques de l’art pariétal.

Fac-similé au Musée d'Aquitaine

Fac-similé au Musée d’Aquitaine

Visite virtuelle

Il est désormais possible de visiter virtuellement la grotte de Lascaux à cette adresse : www.lascaux.culture.fr. Fondé sur un modèle numérique en trois dimensions de la cavité, le parcours permet une véritable immersion dans la grotte : l’internaute se déplace de salle en salle, depuis la ronde fantastique des Taureaux jusqu’à la Scène du Puits, en déroulant le film qui lui est proposé ou en s’attardant sur un panneau, une figure, ou un détail, en affichant ou non le commentaire, ainsi que les croquis de lecture révélant les contours les plus difficiles à interpréter. Une approche sensorielle de l’espace et des figures lui permet ainsi de prendre la mesure du talent des artistes en s’approchant jusqu’au grain des parois.

La visite virtuelle est complétée par d’autres séquences destinées à comprendre les secrets des artistes qui ont peint et gravé le bestiaire de Lascaux et à présenter les orientations actuelles de la recherche scientifique sur les grottes ornées. D’autres repères sont donnés à travers différents volets : l’environnement de Lascaux située dans la vallée de la Vézère, la chronologie de l’art pariétal, la base de données rassemblant une sélection de documents du Centre national de la Préhistoire, de la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, ainsi que d’autres institutions… Au total, plus de 300 documents (photographies, relevés, audiovisuels, enregistrements sonores, animations, cartes…) sont proposés à la consultation.

Réalisé par Norbert Aujoulat de la direction du Centre national de la Préhistoire, la visite virtuelle de Lascaux est déclinée en français, anglais, espagnol, allemand et en langue des signes française. Elle fait partie de la collection « Grands sites archéologiques » éditée par la mission de la recherche et de la technologie.

Grotte de Lascaux : la frise des Cerfs nageant

La frise des Cerfs nageant, dans la Nef (fac-simile au Musée d’Aquitaine)

Classement

  • Classement par arrêté du 27 décembre 1940. Les parcelles de terrain renfermant ou avoisinant la grotte (cad. BD 1 à 3 ; AV 241, 254) : classement par arrêté du 8 mai 1962. Les parcelles de terrain avoisinant la grotte (cad. AV 245 à 251) : classement par arrêté du 5 septembre 1962 (référence n° PA00082696).
  • Site inscription au patrimoine mondial de l’Unesco.

Infos pratiques

Accès – Localisationicon info

  • Situation :
    – Grotte de Lascaux : D704E1, 24290 Montignac, à 4 km sud-est de Montignac.
    – Grotte de Lascaux II : D704E1 24290 Montignac, à 100 mètres de l’original, en contrebas.
  • Coordonnées GPS (degré décimaux) :
    Grotte de Lascaux II : Longitude 45.053876° N – Latitude 1.168187° E.
  • Google Map :
    Grotte de Lascaux II : https://goo.gl/maps/rfj6qU5CQR52.

Visite

  • Les billets s’achètent uniquement à l’Office de Tourisme à Montignac (5 à 10 minutes en voiture du site).
  • Depuis 2012, des visites nocturnes sont organisées en juillet et août (sur réservation).
  • À proximité, visitez le complément indispensable de Lascaux II, LE THOT (espace muséographique et parc animalier).

Services

  • Langue parlée autres que français : anglais.
  • Parking ombragé gratuit (cars et particuliers).
  • Consigne.
  • Pas d’accès handicapés.
  • Boutique & Librairie.
  • Chèques Vacances acceptés.
  • Distributeurs boissons et glaces.
  • Chiens non admis dans la grotte.

logo-semitour-perigord-150Accessibilité – Confort

  • Point Dépose Minute.
  • Toilettes assez spacieuses pour accompagner un enfant, pour une personne à mobilité réduite.
  • Peu de distances à parcourir mais station debout pendant 45 minutes.
  • Peu de marches ou pentes à négocier.

Plus d’infos sur l’accessibilité et le confort de cette visite en consultant la page Grotte de Lascaux II sur le site ConfortExplore.

Pour en savoir plus…


Notes et sources :

  •  (1) Le Périgord préhistorique par Max Sarradet, Nouvelles Éditions Latines, 1971.
  •  (2) Que faire en Périgord-Quercy, par Max Sarradet, Dakota Éditions, 2002.
  • Site du Ministère de la Culture, Base Architecture-Mérimée, direction de l’Architecture et du Patrimoine, notice n° PA00082696.
  • Wikipedia : Grotte de Lascaux.

Crédit Photos :

  • Grotte de Lascaux. Sites préhistoriques et grottes ornées de la vallée de la Vézère (France), By UNESCO, via Wikimedia Commons.
  • Photography of Lascaux animal painting, By Prof saxx (Own work), via Wikimedia Commons.
  • Peintures d’un cerf géant et d’un cheval, By HTO (Own work), via Wikimedia Commons.
  • La frise des Cerfs nageant, dans la Nef (fac-simile au Musée d’Aquitaine), By Pline (Own work), via Wikimedia Commons.


Adresse

Adresse:

Grotte de Lascaux II, Lieu-dit Lascaux, 24290 Montignac

Téléphone :
Contact
Planifier mon itinéraire

Heures d'ouverture

Lundi

Consultez le site officiel

Mardi

-

Mercredi

-

Jeudi

-

Vendredi

-

Samedi

-

Dimanche

-

Laisser un Avis

Intérêt du lieux
Beauté du lieux
Facilité à trouver
Qualité des services
Accessibilité handicap
Publication en cours ...
Votre évaluation a été envoyé avec succés
Veuillez remplir tous les champs