lanquais-chateau-01

Un paysage harmonieux, typiquement périgourdin, sert de cadre au château de Lanquais, une demeure dont la construction s’est échelonnée sur des périodes très différentes ce qui explique la juxtaposition d’un château médiéval et d’un palais Renaissance à l’italienne. On distingue aisément les deux périodes de construction (XVe siècle et fin XVIe-début XVIIe siècle) qui créent un ensemble à la fois anachronique et plein d’un charme. L’architecture de la partie Renaissance s’inspire du Louvre, mais l’ensemble des travaux envisagés ne fut pas mené à terme, d’où son surnom : « Le Louvre inachevé du Périgord ». C’est sans aucun doute le plus italien des châteaux de Dordogne.


button icon button icon

À la découverte des lieux…

 Classé Monument Historique (MH)Le fief fut successivement aux Mons, aux La Cropte-Chantérac, aux Limeuil-Turenne, au duc d’Antin, aux Gourgues. Le château juxtapose deux éléments très anachroniques : un corps de logis du XVe siècle, accosté d’une tour circulaire et d’une tour polygonale d’escalier à vis, jouxte une vaste composition de la fin du XVIe siècle, achevée sans doute à l’orée du XVIIe. Celle-ci est faite d’un logis soudé en équerre à un important pavillon. Bien étudiée et bien réalisée, cette composition révèle, à côté de l’équilibre des volumes, un exceptionnel souci des détails, de l’appareillage, de la mouluration, des refends, des vermiculages, des lucarnes généreusement sculptées. Encore le temps a-t-il manqué au constructeur (on a pensé à Ysabeau de Limeuil, qui devint la femme de Scipion Sardine) car si l’aile espérée avait été bâtie (les pierres d’attente sont toujours en place…), nous aurions sans doute un des ensembles les plus remarquables de la région. Les sculpteurs ne se sont pas contents d’œuvrer sur les façades, ils ont sculpté avec minutie et virtuosité des cheminées monumentales où l’on retrouve les qualités plastiques exprimées par certaines lucarnes à meneaux, sommée d’un fronton à niche lui-même dominé par un pinacle ajouré, d’une suprême élégance. — Châteaux du Périgord, Jean Secret. (1)

À L’EXTÉRIEUR— Construits sur un site d’habitat préhistorique – au-dessus d’un curieux système de cluzeaux et de puits qui communiquaient entre eux et dont il reste quelques morceaux – il y a eu au moins trois châteaux à Lanquais. Deux d’entre eux sont encore bien visibles. Quand on est dans la cour intérieure de l’actuel château, on distingue à droite, un château médiéval construit aux XIVe siècle (à l’architecture défensive typique du Moyen-Âge). Ce corps de logis était destiné à remplacer la forteresse presque entièrement détruite par les Anglais au cours de la guerre de Cent ans. De cette partie du château subsiste le pavillon flanqué, à l’angle Nord-Ouest, d’une grosse tour polygonale abritant un escalier à vis. À gauche, soudé au corps de logis, un château Renaissance édifié à partir de 1570, pendant la Guerre de Religion et sous le règne de Charles IX. Achevé en 1604, ce bâtiment rappelle l’Aile Lescot au Louvre. Cet édifice Renaissance fut, dit-on, élevé sur l’ordre du roi Henri II désireux de plaire à sa propriétaire, la belle Ysabeau de la Tour. C’était également un geste politique qui permettait à Galiot de La Tour d’Auvergne, le constructeur, de proclamer sa fidélité aux Valois face aux forces protestantes de la région. Une équipe venue du Louvre exécuta le pavillon et, à l’extrémité, on souda, en équerre, une aile qui resta inachevée, d’où son surnom : « Le Louvre inachevé du Périgord ». C’est un magnifique bâtiment de belles proportions qui révèle un architecte de talent, qui pourrait être selon M. Esclafer de la Rode, Pierre Souffron (2). La composition des façades est minutieusement dessinée. Les fenêtres sont surmontées de frontons triangulaires. À hauteur du comble se détachent des lucarnes monumentales. On peut admirer l’harmonieuse composition des façades dont les quatre niveaux sont soulignés par des bandeaux, de remarquables lucarnes à meneaux ainsi que d’extraordinaires cheminées de toits sculptées. Au XIXe siècle a été rajouté un ensemble de bâtiments utilitaires.

À L’INTÉRIEUR. — Par le chemin de ronde, percée de meurtrière en croix et de mâchicoulis, on gagne la tour cylindrique, partie la plus ancienne du château : de la plate-forme, on découvre le parc ainsi que le village de Lanqais, qui se presse autour de sa petite église romane. Le corps de logis Renaissance a conservé un intéressant mobilier en grande partie d’époque Louis XIII, deux très belles cheminées Renaissance, l’une à piédroits galbés, l’autre à piédroits verticaux, et des plafonds à la française. La salle à manger, tapissée de Jouy, la vieille cuisine et la salle d’armes retiennent tout particulièrement l’attention.

Les collections du scientifique Alexis de Gourgues (qui publia en 1873 le remarquable « Dictionnaire topographique de la Dordogne ») sont présentées dans l’un des salons du château, ainsi qu’une exposition sur la vie quotidienne au Moyen-Âge et à la Renaissance.

lanquais-chateau-00

Une brève histoire du Château de Lanquais

Cet ancien repaire noble, attesté dès 1276 (on parle alors de « Linquaychs ») dépendait de la châtellenie de Beaumont. Par la suite, il en fut détaché pour former une châtellenie constituée de quatre paroisses.

Du Xe au XIIe siècles, le lieu est une résidence de l’évêque de Périgueux. Le château ne comprend alors qu’un seul donjon. Au XIe siècle, le château est probablement protégé par une palissade en bois le long des fossés. La construction de courtines en pierres, dont il reste quelques vestiges, date du XIIe siècle. Le château appartient alors à la famille de Mons. C’est de cette époque que date la construction du logis seigneurial constitué par une tour rectangulaire.

Vers 1460, Jean de la Cropte (mort vers 1470), qui vient de rallier le roi de France après avoir pris le parti du roi d’Angleterre, reçoit le titre de gouverneur de la place de Beaumont. Il a obtenu en 1457 l’exemption des aides royales pour ses terres. Il fait construire la grosse tour octogonale à mâchicoulis sur les fondations de l’ancien donjon qui avait été brûlé par les Anglais. Le plan du château rappelle celui de plusieurs châteaux de la région, en particulier celui du château de L’Herm ou le château des Milandes.

Le 21 novembre 1531, Marguerite de la Cropte, dernière héritière de la famille, se marie avec Gilles de la Tour. La famille de La Tour est apparentée à celle des la Tour d’Auvergne. Cette famille est liée aux Médicis et à la monarchie française à la suite du mariage de Madeleine de la Tour d’Auvergne avec Laurent II de Médicis en 1513 duquel naîtra Catherine de Médicis qui se mariera en 1533 avec le roi de France Henri II.

Entre 1561 et 1574, Galliot de la Tour, fils des précédents, seigneur de Limeuil, capitaine d’une compagnie d’ordonnance du Roi et chevalier de l’ordre de Saint Michel, fait entreprendre la construction du château Renaissance auquel a participé l’architecte Pierre Souffron d’après M. Esclafer de la Rode. Il va utiliser les maîtres d’œuvre des résidences royales pour construire dans un pays gagné par les idées de la Réforme protestante un château montrant le pouvoir royal et catholique. Les fenêtres hautes de l’aile Renaissance sont inspirées de celles dessinées dans le Livre II d’architecture d’Androuet du Cerceau paru en 1561.

La sœur de Galliot de la Tour, Ysabeau de Limeuil, fera partie de « l’escadron volant », des séductrices espionnes au service de Catherine de Médicis. Chargé de recueillir sur l’oreiller confidences et secrets, elles ne devaient en aucune façon connaître « l’enflure du ventre ». Brantôme, parmi tant d’autres, en fut amoureux. Mais cette belle rousse s’éprit de Louis de Bourbon, prince de Condé et protestant, qu’elle devait épier. De leur union naîtra un fils, Nicolas, en 1564, qui est né au cours d’un bal en présence de la cour à Bar-le-Duc, ce qui mettra fin à sa « carrière » à la cour. Après s’être retirée dans un couvent, puis au château de Lanquais, Catherine de Médicis va favoriser son mariage en 1567 avec son banquier Scipion Sardini. Elle mourra en 1609, au château de Chaumont-sur-Loire, après avoir essayé en vain de s’opposer à l’héritage du château de Lanquais par Henri de la Tour d’Auvergne.

Le 24 mars 1577, Henri de la Tour d’Auvergne (1555-1623), cousin de Galliot de la Tour, mais protestant et attaché aux intérêts du roi de Navarre – le futur Henri IV, assiège le château de Lanquais. Avec cinq canons, il fait tirer 200 boulets sur le château. Cette attaque entraîne l’arrêt des travaux. Aujourd’hui encore, on peut encore voir les impacts des premiers boulets qui criblèrent les murs de l’édifice.

En 1588, le château est reçu en héritage par Henri de la Tour d’Auvergne qui est le légataire universel de Galhiot de la Tour. En 1592, en remerciement de ses services, Henri IV nomme Henri de la Tour d’Auvergne, Amiral de France et, en 1594, il devient Maréchal de France. En 1595 il épouse en secondes noces Elisabeth de Nassau, fille de Guillaume de Nassau, dit le Taciturne, prince d’Orange et stathouder de Hollande, par ailleurs gendre de l’amiral de Coligny qui avait été assassiné pendant la nuit de la Saint-Barthélemy à Paris le 24 août 1572. De ce mariage naîtront Frédéric Maurice, duc de Bouillon, et le futur Maréchal de Turenne (1611-1675). En 1598, Henri de la Tour d’Auvergne devient duc et pair de France. En 1600, Henri de la Tour d’Auvergne et Elisabeth de Nassau commandent la construction des cheminées du château à des artistes italiens. Elisabeth de Nassau a fait deux séjours au château. En 1602, Henri de la Tour d’Auvergne participe au complot monté par Charles de Gontaut, duc de Biron, avec le duc de Savoie et le gouverneur espagnol du Milanais. Après la découverte de ce complot, le roi Henri IV lui pardonne, à l’inverse du duc de Biron qui est décapité. En 1604, fin de la décoration des pièces à l’intérieur de l’aile Renaissance.

Après 1623, le château revient au fils d’Henri de La Tour d’Auvergne, né du second mariage, Frédéric-Maurier (1605-1652), duc de Bouillon. Le château provincial va être progressivement négligé. Il va être vendu au duc d’Antin. En 1643, le cardinal Théodore de La Tour (1643-1715), grand aumônier de France et doyen du Sacré Collège, est né au château.

En 1732, Marie de Mons, veuve de Michel de Gourgues, achète le château de Lanquais au duc d’Antin. Le 10 Nivôse an IV de la République, un inventaire du château montre qu’il n’y a pratiquement plus aucun meuble dans le château.

En 1949, à la mort de l’abbé de Gourgues, le château est revenu à sa sœur, Mme Foucher de Brandois et à sa famille.

Classement

  • Le château et l’allée d’ormeaux qui y conduit sont classés Monuments Historiques (8 juillet 1942).
  • Il a été classé Monument Historique le 8 Juillet 1942.
  • D’autre part, l’ensemble des bâtiments de la cour est Inscrit à l’Inventaire Supplémentaire des Monuments Historiques depuis le 14 Septembre 2010.

Famille

Ancien fief des Bouillon, des Mons, des Lacropte, des Limeuil-Turenne, des de la Tour d’Auvergne et des d’Antin, puis propriété des Gourgues. Depuis 1732, Lanquais appartient toujours aux descendants de la famille de Gourgue, transmis par l’Abbé Dominique de Gourgue à sa sœur, Baronne Foucher de Brandois en 1949.

Visite

Vous y verrez un château entièrement meublé avec présentation de la vie quotidienne du Moyen-âge à la Renaissance, ainsi que d’exceptionnelles cheminées en pierre sculptée du début du XVIIe siècle. Dans les caves et souterrains, vous découvrirez leur utilisation à l ‘époque, ainsi que des éléments de la collection Préhistorique du Vicomte Alexis de Gourgue vers les années 1830.


Infos pratiques

Accès – Localisationicon info

  • Carte : IGN 47 – Bas gauche pli D12.
  • Situation : Lanquais (24150).
  • Accès : dominant la vallée du Couzeau, le château est situé à l’écart de la Dordogne, à 6,5 km sud-ouest de Lalinde et à 1 km de Varennes par la D 22.
  • Coordonnées GPS (degré décimaux) : Longitude 44.818775° N – Latitude 0.67398° E.
  • Google Map : http://goo.gl/maps/9CxJ5.

Visites

  • Du 01/04 au 30/11. Groupe toute l’année sur RDV.

Services

  • Langue parlée autre que le français : anglais.
  • Aire de pique-nique.
  • Week-ends de 3 jours comprenant 2 nuits au château et un dîner médiéval en costume (18-20 personnes)
    300 €/personne (ce prix peut légèrement varier selon les périodes).
  • Stages résidentiels divers (de 6 à 15 personnes maxi) : Musique, peinture, ébénisterie…
  • Dîner médiéval en costume ou week-end sur place dans les anciennes cuisines, animations musicales d’époque (20 à 30 pers. max. – 45 €/pers. + evtl. chambre).
  • Déjeuner Club de 20 à 80 personnes dans la salle d’armes dans le cadre de la journée découverte.
  • Location de salles pour mariages, fêtes de famille, réveillons…
  • Tournages de films selon demande.
  • Chambres d’hôtes et appartements disponibles.

Accessibilité – Confort

  • Point dépose minute.
  • 2 parkings à proximité du site : 100 ou 200 m. Pour atteindre le parking permettant un accès facile, prenez le chemin signalé sur la route ‘ Domaine de la Marmette’. L’autre parking vous oblige à traverser un terrain très difficile avec des escaliers.
  • Plusieurs marches ou pentes à négocier.
  • Endroit confortable pour attendre sur le site ou à proximité.
  • Toilettes assez spacieuses pour accompagner un enfant, pour une personne à mobilité difficile, eau chaude, et espace bébé.

Plus d’infos sur l’accessibilité et le confort de cette visite en consultant la page Château de Lanquais sur le site ConfortExplore(4)

Pour en savoir plus…

  • Site officiel : www.chateaudelanquais.fr.
  • Renseignements : +33(0)5 53 61 24 24 – 06 10 79 12 69 – Fax : +33(0)5 53 73 20 72.

Notes et sources :

  •  (1) Châteaux du Périgord par Jean Secret, Collection Art et Tourisme pour les Nouvelles Éditions Latines Paris.
  •  (2) Dictionnaire des châteaux du Périgord, Guy Penaud, Éditions Sud-Ouest, Bordeaux, 1996.
  • Site du Ministère de la Culture, Base Architecture-Mérimée, direction de l’Architecture et du Patrimoine, notice n° PA00082605.
  • Dictionnaire des châteaux du Périgord, Guy Penaud, Éditions Sud-Ouest, Bordeaux, 1996 (ISBN 287901221X).
  • Wikipedia : Château de Lanquais.
  • Structurae : Base de données internationale du patrimoine du génie civil : Château de Lanquais.

Crédit Photos :

  • Le Château de Lanquais, By © Père Igor(Own work), via Wikimedia Commons.
  • Le Château de Lanquais, By © Hans Hillewaert (Own work), via Wikimedia Commons.


Adresse

Adresse:

Château de Lanquais 24150

Contact
Planifier mon itinéraire

Heures d'ouverture

Lundi

Consultez le site officiel

Mardi

-

Mercredi

-

Jeudi

-

Vendredi

-

Samedi

-

Dimanche

-

Laisser un Avis

Intérêt du lieux
Beauté du lieux
Facilité à trouver
Qualité des services
Accessibilité handicap
Publication en cours ...
Votre évaluation a été envoyé avec succés
Veuillez remplir tous les champs