Canon-Etouars

160 années après la fermeture du haut-fourneau des Forges d’Etouars, l’association 3F-3M effectuait, en juillet 2002, sa première expérimentation sur un petit haut fourneau construit sur la place du village. Depuis, le village d’Etouars renoue avec une histoire intimement liée à celle de la sidérurgie en Haut-Périgord. Chaque année, début août, une fête est dédiée au fer, au travail de forge et à la métallurgie. Cette manifestation de deux jours permet de voir fonctionner un haut fourneau et la fabrication de plaque de cheminée et autre canon ou couteau… C’est ce haut fourneau expérimental qui a permis, en 2014, de couler un canon pour la frégate l’Hermione ! Un espace muséographique Fer et Forges, avec de belles collections, expositions et vidéos, retrace le passé métallurgique de la région dans un esprit historique et scientifique.


button icon button icon

À la découverte des lieux…

Réalisé par la commune d’Étouars, dans une ancienne grange, à proximité du haut-fourneau expérimental et de l’ancien canon exposé sur la place du village, l’Espace Fer et Forge a ouvert ses portes le 15 août 2007. L’association 3F-3M a contribué à sa création en participant à la programmation et à l’étude préalable, notamment en rassemblant le contenu documentaire. Une exposition permanente est consacrée à la métallurgie, à ses techniques, de l’antiquité à nos jours, aux forges-fonderies et à leur histoire aux XVIIe et XVIIIe siècles, en Périgord-Limousin. Elle permet de découvrir, dans un esprit historique et scientifique :

  • La formation et la composition du minerai local (géologie en images de synthèse, collections de minerais et minéraux, dont une météorite)
  • Les différences entre bas et hauts fourneaux
  • Les conditions naturelles et historiques de l’essor de la sidérurgie locale.
  • La réalisation d’un canon en images de synthèse.
  • Les témoignages du descendant du dernier maître de forge d’Etouars.
  • Des outils et des objets en fonte tels que des plaques de cheminée et autres canons réalisés par l’association complètent l’exposition.

Étouars, Dordogne. Journée fer et forges au mois d'août 2013. Bas fourneau à usage unique.


Une brève histoire de la sidérurgie à Étouars

Pendant plus de deux siècles (de la fin du XVIIe à la fin XIXe siècle), la région du Haut-Périgord fut un des berceaux de la sidérurgie en France. Les 169 forges, dont une centaine œuvraient simultanément, produisaient de la fonte de fer, des fers de différentes qualités, de l’acier, des objets en fonte tel que les marmites ou des plaques de cheminée. Certaines d’entre elles, dont Étouars, situées dans les vallées du Bandiat et de la Tardoire (Javerlhac, Forge-Neuve, La Chapelle, Jomelière, Ruelle …), ont fait leur réputation en fabriquant des canons de marine pour l’arsenal de Rochefort. Ces forges s’installent au plus près des ressources naturelles : le minerais de fer ramassé ou extrait de mines, la forêt pour la production de charbon de bois, et les cours d’eau pour l’énergie hydraulique.

La flotte du Ponant et, plus particulièrement l’arsenal de la Marine de Rochefort était directement liée au Périgord Vert-Limousin. Il n’est pas si lointain le temps où les hautes vallées du bassin de la Charente fournissaient en matières premières (bois, chanvre, laine) et en canons les intendants de Louis XVI, puis ceux de la République et de l’Empire. L’impact de cette industrie qui perdura plus de deux siècles sur le territoire fut considérable : surconsommation de charbon et disparition en partie des futaies de chênes, de hêtres, de charmes au profit des taillis de châtaigniers, construction de nombreux châteaux et repaires aux XVIe et XVIIee siècles, création d’infrastructures industrielles lourdes (pour l’époque) pour utiliser l’énergie hydraulique, traiter et faire fondre le minerai ou transformer les métaux obtenus. Ainsi on dénombre plus d’une centaine de forges à fondre le minerai ou à transformer la fonte obtenue en fer ou en acier. Beaucoup de ces réalisations marquent encore les paysages aujourd’hui. Les renommés couteaux de Nontron, la fonderie Lacoste d’Excideuil et les nombreux artisans-forgerons du Périgord-Limousin-Angoumois sont les témoins vivants de ce passé. Ces forges à hauts fourneaux et fours d’affineries apparues à la Renaissance furent précédées par les bas fourneaux dès l’âge du fer jusqu’à la fin du Moyen Âge. Des prospections récentes ont permis d’en inventorier plusieurs dans les communes du Piégutais. (1)

La Forge d’Etouars

La Forge d’Etouars se situe au sud du bourg, en fond de vallée, entre Étouars et Le Bourdeix, au bord d’un premier étang alimenté par le ruisseau de la Doüe, dans le parc naturel régional Périgord Limousin. C’est là que l’on produisait la fonte dans le haut-fourneau. Près du deuxième étang, se trouvait la forge basse ou affinerie où l’on transformait la fonte de fer en acier par rechauffe et martelage. La forge et la fonderie existent depuis le XVe siècle et servent alors à couler des canons et des lingots de fonte. Les hauts-fourneaux sont actifs jusqu’en 1866. Ils occupaient une centaine d’hommes, majoritairement des paysans-ouvriers qui ne travallaient là que pendant l’hiver. En effet, à cette époque, la métallurgie ruralen n’est que l’une des formes de la société paysanne.

Les derniers témoins de cette activité métallurgique sont une halle à charbon et une maison habitée anciennement par les maîtres des forges. Plusieurs générations de maîtres s’y succèdent, tels les Hugon, les Fayard de La Faye, les Soury-Vallade, les Grolhier ou les Agard-Laroche.

Quelques repères historiques:

  • 1766 : on y fabrique des canons pour Ruelle et du fer.
  • 1774 : outre le haut fourneau, elles sont équipées d’une forges à battre à deux feus. Production de gueuses de fonte.
  • 1789 : 80 ouvriers travaillent à la forge.
  • 1811 : 100 ouvriers produisent 5 000 quintaux métriques de fonte en gueuse et 500 quintaux de fer forgé. Un haut fourneau, trois affineries, deux marteaux.
  • 1868 : face à la concurrence, la forge cesse toute activité. Une laiterie, aujourd’hui disparue, la remplace en 1929.

Étouars : la journée Fer, Forge, Feu. Chariot transportant un tonneau et un canon. Les outils pour faire fonctionner le fourneau à usage unique.

Aujourd’hui un parcours de découverte, balisé avec des panneaux d’informations, permet aux visiteurs de découvrir l’un des berceaux de la sidérurgie du Périgord-Limousin. On peut y retrouver les différents emplacements et vestiges des ateliers qui composaient la forge et l’affinerie : les étangs, les halles à charbon, le lavoir à minerais, le bocard, le haut-fourneau, l’affinerie et la maison du Maître de Forges.

Une réussite pour la forge et la métallurgieLe troisième festival organisé par l’association Feu Fer Forges, appelée aussi 3 F, qui fêtait ses 20 ans, a réuni samedi 1er et dimanche 2 août 2015 un public venu très nombreux. L’attraction la plus importante était le coulage en fonte du second pierrier, qui sera par la suite chargé sur «L’Hermione » d’ici la fin de l’année. Ce canon portera le nom de Jean-Louis Delage, en hommage à celui qui fut l’un des fondateurs de grandes manifestations dans le Haut Périgord et disparu il y a un an. Lors de la coulée du pierrier, Bernard Daigne a expliqué que le haut-fourneau avait été mis en chauffe depuis vendredi 31 juillet et avait été monté à plus de 1 300 °C. Il en est ressorti environ 200 kg de fonte liquide. « C’est le second pierrier qui sera prochainement livré pour être chargé sur « L’Hermione ». Le but des pierriers était, pour pouvoir aborder les bateaux ennemis, de tirer de la grenaille et de disperser et décimer ainsi les adversaires », a poursuivi Bernard Daigne. Le pierrier a été démoulé à 16 heures, avec grande précaution. Christian Magne, directeur du Centre permanent d’initiation à l’environnement (CPIE) Varaigne, a indiqué qu’il s’agit « d’une année exceptionnelle ». « Cette troisième édition a attiré beaucoup plus d’exposants avec des techniques de haut niveau et de nombreux métaux sont représentés tels que le cuivre, le bronze, l’étain, le fer, l’acier, la fonte, la fonte blanche, et même l’inox. La coulée du canon a été effectuée en présence de deux bénévoles de « L’Hermione ». Lors de ces deux journées, une dizaine d’expérimentations ont été effectuées sur différents fours en fêtant les 20 ans de Feu fer forges. » (2)


Infos pratiques

Accès – Localisationicon info

  • Carte : IGN 40 – Gauche 1/3 inférieur droit pli D10.
  • Situation : Le Bourg, Étouars 24360 Piégut-Pluviers.
  • Coordonnées GPS : Longitude : 0.6063439 | Latitude : 45.651472
  • Google Map : https://goo.gl/maps/L5A59yZgSJE2.

Visites

  • L’Espace Fer et Forges est ouvert au public en juillet et août (se renseigner avant de se déplacer).
  • Pour les visites de groupes (toute l’année), contactez la CPIE Périgord-Limousin (+33 (0)5 53 56 23 66).
  • L’Espace Fer et Forges est ouvert à la visite à l’occasion des animations annuelles de 3F3M ainsi que pour les Journées du Patrimoine en Septembre et La Fête de la Science en Octobre (sous réserve).
  • Durée moyenne de la visite : 45 minutes.
  • Langues de la visite : Français.

Services

  • Une petite boutique, dans laquelle on  retrouvera, entre autres, des minéraux, guides et livres sur les forges permet aux visiteurs de se documenter ou de repartir avec un souvenir.

Accessibilité – Confort

  • Le site est accessible aux handicapés à mobilité réduite.

Pour en savoir plus…


Notes :

  •  (1) L’Ancienne Industrie du Fer dans le Périgord Septentrional par René PIJASSOU, Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest, Année 1956, Volume 27, Numéro 3, pp. 243-268.
  •  (2) Une réussite pour la forge et la métallurgie, Sud-Ouest, 10 août 2015.

Crédit Photos :

  • Canon de marine du XVIIIe siècle – Place commune Étouars, By Association 3F 3M (Own work), via Wikimedia Commons.
  • Étouars, Dordogne. Journée fer et forges au mois d’août 2013. Bas fourneau à usage unique, by Traumrune (Own work), via Wikimedia Commons.


Contact
Planifier mon itinéraire

Heures d'ouverture

Lundi

Consultez le site officiel

Mardi

-

Mercredi

-

Jeudi

-

Vendredi

-

Samedi

-

Dimanche

-

Laisser un Avis

Intérêt du lieux
Beauté du lieux
Facilité à trouver
Qualité des services
Accessibilité handicap
Publication en cours ...
Votre évaluation a été envoyé avec succés
Veuillez remplir tous les champs