Chargemente en cours de…

En 1902, le négociant Jules-Honoré Sécrestat fait appel à l’architecte Ernest Minvielle pour édifier les chais de son domaine de Lardimalie. Ayant fait fortune avec un apéritif à base de vin, le « Bitter Sécrestat », ce grand admirateur du vignoble médocain a appliqué les méthodes bordelaises pour relever le domaine décimé par le phylloxéra. C’est aujourd’hui un lieu de mémoire qui évoque le monde du vin à la fin du XIXe siècle et la vie de l’inventeur du premier apéritif à gentiane… Il rappelle aussi que la commune avait des vignes jusque dans les années 1960. Une étape incontournable du tourisme œnologique…

Installé sur les hauteurs de Saint-Pierre-de-Chignac, à 200 mètres du château Lardimalie, cet étonnant musée de 1500 m², pouvant contenir 500 barriques, est situé dans un bâtiment conçu en 1902 pour la fabrication et l’élevage du vin, à l’image des grands chais du Médoc. Dans la même famille depuis cinq générations, il n’a pratiquement pas changé depuis sa création. Ce bâtiment authentique offre un voyage au cœur d’une vie et d’un domaine, une occasion unique de comprendre les techniques traditionnelles de production du vin, à travers l’outillage d’époque et la visite des anciennes cuves.

Le musée évoque aussi la vie d’un grand domaine en 1900 et la carrière étonnante de son propriétaire : Jules Honoré Sécrestat, un périgourdin de naissance modeste, inventeur notamment des boissons Bitter Sécrestat et Toni Kola.

Créé par ses descendants, Christian et Jacqueline de Mullenheim, le Musée du Chai de Lardimalie offre un voyage au cœur d’une vie et d’un domaine, un lieu unique pour comprendre les techniques traditionnelles de production du vin, les diverses étapes de la vinification et du vieillissement à travers l’outillage d’époque et la visite des anciennes cuves.

Les lieux classés sur la liste des Monuments Historiques sont enchanteurs, tout comme l’histoire qui y est narrée.

À la découverte des lieux…

En 1902, le négociant Jules-Honoré Sécrestat fait appel à l’architecte Ernest Minvielle pour édifier les chais de son domaine de Lardimalie. Ayant fait fortune avec un apéritif à base de vin, le « Bitter Sécrestat », ce grand admirateur du vignoble médocain a appliqué les méthodes bordelaises pour relever le domaine décimé par le phylloxéra.

Ernest Minvielle, à qui l’on doit de nombreux cuviers dits médocains, déploie ici tout son savoir-faire : les bâtiments sont disposés selon un plan en U avec cuvier à étage au centre, encadré de deux ailes en retour abritant les chais. À l’intérieur du cuvier, le plancher et l’outillage viticole sont conservés permettant de mieux comprendre les différentes étapes de vinification. Si le bâtiment répond par son plan rationnel aux exigences fonctionnelles du domaine, il est également traité avec soin dans sa forme architecturale avec des élévations très dessinées, un souci des détails décoratifs et un goût pour les effets de polychromie.

Construit au début du XXe siècle, ce cuvier à étage est l’un des exemples les plus tardifs de cuvier médocain, ce modèle paraissant alors obsolète. (1)

Les locaux de 1 500 m2 (dessinés par l’architecte bordelais Ernest Minvielle qui a œuvré pour de nombreux grands domaines) ont été construits en 1902. Ils sont uniques en Dordogne. Le circuit de vendanges y est parfaitement organisé pour aboutir aux 11 cuves de bois de 49 à 162 hectolitres.

Le vin se faisait dans un superbe et spectaculaire cuvier central en chêne. Construit au début du XXe siècle, sur deux niveaux, il est resté inchangé depuis sa construction. Tout est resté sur place, en parfait état de conservation : de curieuses machines, des outils de vinification, des foudres, cuves et tonneaux. Le musée les présente dans leur cadre naturel, évoquant aussi les hommes qui ont travaillé là jusqu’en 1967, date de la dernière vendange. On peut également admirer des photos, des plans, d’amusantes publicités réalisées à la Belle Époque…

Le musée retrace également la vie de Jules-Honoré Sécrestat et l’aventure de sa distillerie créée à Bordeaux en 1851 puis celle du vignoble planté en 1875 à proximité de son château. On peut admirer une collections de flacons et d’objets publicitaires des fameux Bitter Sécrestat ou du Tony-Kola. Une exposition sur le thème de l’alcool et de la publicité de 1860 à 2010, montre l’évolution des mentalités. Le musée du chai de Lardimalie évoque également la vie rurale et citadine de la fin du XIXe siècle jusqu’à la première moitié du XXe siècle avec de nombreux documents, lettres, photographies et objets du quotidien. Enfin il rappelle grâce à des supports variés l’essor de l’industrie et de la publicité au début du XXe siècle.

Histoire de Jules Honoré Sécrestat

Périgourdin d’origine modeste, né en 1822 à Montignac, Jules Honoré Sécrestat travaille d’abord comme apprenti à la distillerie Requier de Montignac, puis aux Établissements Archambaud à Bordeaux où il devient chef de laboratoire.

À l’époque où l’absinthe fait des ravages, il invente une boisson à base de racines de gentiane, le « Bitter Sécrestat », le premier apéritif à la gentiane, recommandé par le corps médical qui souhaite contrer la consommation d’absinthe. En 1851, J.H. Sécrestat fonde sa propre entreprise, rue notre Dame, puis s’installe dans une vaste usine édifiée, par E. Minvielle, cours du Médoc à Bordeaux, en 1878. Il fut également l’inventeur du Toni Kola qui furent vendus dans le monde entier… et firent sa fortune. (2)

Portrait de J.H.Secrestat, propriétaire du Chai de LardimalieEn 1857, il revient en Périgord où il se marie. En 1875, il achète le château de Lardimalie et son domaine, sur la commune de Saint-Pierre-de-Chignac. Il rénove l’ensemble, décide de planter un vignoble de 36ha. Il choisit les cépages de Merlot, Malbec et Cabernet Sauvignon pour le vin rouge. Du Sauvignon, Sémillon et Muscadelle sont sélectionnés pour le vin blanc.

À 80 ans, il décide de faire construire deux chais : l’un pour le vin blanc et l’autre pour le vin rouge. Il s’adresse au meilleur architecte vinicole de son temps : Ernest Minvielle. J.H. Sécrestat meurt en 1905, peu de temps après la construction des chais. Après sa disparition, le chai reste dans sa famille, passant d’un génération à l’autre. Mais le rendement des vignes ne pouvant rivaliser avec les vignobles bergeracois ou bordelais, le chai ferma ses portes après une dernière vendange, en 1967.

Christian et Jacqueline de Mullenheim, les propriétaires actuels et descendants de Jules Honoré Sécrestat transforment le chai en musée et l’ouvrent au public en juillet 2009(2)

Classement

  • Construit en 1902, le Chai de Lardimalie fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le 3 avril 2010.
  • Le musée a reçu le label tourisme et handicap pour les personnes atteintes d’un handicap moteur, auditif et mental en juillet 2012.
  • Depuis février 2015 il a rejoint les sites « Dordogne en famille ».

Infos pratiques

Accès – Localisationicon info

  • Carte : IGN 56 – Droite 1/3 supérieur pli A9.
  • Situation : Lardimalie, Saint-Pierre-de-Chignac (24330).
  • Accès : à 15 km de Périgueux en direction de Brive, le musée est accessible depuis la D6089. Dans le bourg de St-Pierre, direction Blis-et-Born sur la RD 45 pendant 2 km, puis à gauche, 200 m après « Lardimalie ».
  • Coordonnées GPS (degré décimaux) : Longitude 45.136510° N – Latitude 0.866431° E.
  • Google Map : http://goo.gl/maps/Yd8Z6.

Visites

  • Un parcours est également prévu pour les personnes à mobilité réduite.

Services

  • Langue parlée autre que le français : anglais.
  • Dépose possible à l’entrée du musée, les voitures et autocars allant ensuite se garer sur le parking gratuit.
  • On peut aussi venir à pied au musée, grâce au sentier de randonnée « La boucle du lavoir » qui propose un joli parcours au départ de Saint-Pierre de Chignac.
  • Consigne.
  • Boire et manger : distributeurs sur l’aire de pique-nique.
  • Visite à thèmes (sujets d’histoire, histoire des arts, éveil des sens) pour les élèves du primaire et du collège.
  • Pour les jeunes visiteurs, deux visites à thèmes en alternance : « Le quotidien autrefois » et « Le vin dans tous les sens ».
  • Chacun peut laisser sa trace au musée en déposant son œuvre dans le carton à dessin.
  • Animaux de compagnie admis en laisse sur le site. Point d’eau.
  • Accueil de groupes et dégustations de vins sur réservation.
  • Expositions artistiques temporaires, boutique cadeaux & gourmandises.

Accessibilité – Confort

  • Visite complète accessible aux personnes à mobilité réduite.
  • Peu de distance à parcourir.
  • Peu de marches ou pentes à négocier.
  • Toilette assez spacieuses pour accompagner un enfant, pour une personne à mobilité réduite.
  • Il peut faire frais à l’intérieur, s’habiller en conséquence.

Plus d’infos sur l’accessibilité et le confort de cette visite en consultant la page Chai de Lardimalie sur le site ConfortExplore.

Pour en savoir plus…


Notes et sources :

Crédit Photos :

  • © Musée du Chai de Lardimalie, via Wikimedia Commons.

Adresse

Adresse:

Le Maine 24330 Saint-Pierre-de-Chignac

Téléphone :
Contact
Planifier mon itinéraire

Heures d'ouverture

Lundi

Consultez le site officiel

Mardi

-

Mercredi

-

Jeudi

-

Vendredi

-

Samedi

-

Dimanche

-

Laisser un Avis

Intérêt du lieux
Beauté du lieux
Facilité à trouver
Qualité des services
Accessibilité handicap
Publication en cours ...
Votre évaluation a été envoyé avec succés
Veuillez remplir tous les champs